“Besançon – Metz”. La simple évocation de ces deux mots provoque à coup sûr, chez les amoureux de handball bisontins et messins, une excitation et une hâte que peu de matchs peuvent égaler. Ce mercredi soir, une semaine après le derby face à Dijon à la maison, se tenait le “Classico” de Ligue Butagaz Energie, avec une opposition entre les Engagées et les Dragonnes. Pour l’occasion, le Palais des Sports s’annonçait des plus garnis, puisque plus de 2500 personnes étaient attendues dans le fief bisontin, pour observer les joutes entre les coéquipières de Pauline ROBERT et celles de Bruna DE PAULA. Face à un adversaire qui n’a pas encore connu la défaite en championnat cette saison, les Bisontines devaient composer sans DEMBELE, FRECON DEMOUGE et GICHEVSKA, blessées, mais aussi sans AOUSTIN ni DEZIĆ, malades. Pour les remplacer, MIZOULE comptait alors sur CUENOT et ROY, démontrant encore une fois l’importance du Centre de Formation dans ce fou marathon. En face, Chloé VALENTINI, l’ancienne Bisontine, était bien du voyage dans son ancienne maison, et les supporters bisontins ne manquaient pas d’ovationner son entrée.

Qu’on se le dise, Besançon ne comptait pas se laisser faire face à des Messines pourtant intraitables depuis le début de saison. Dès l’entame de la rencontre, un très beau duel se mettait en place de chaque côté du terrain, puisque DE PAULA et MAIROT se répondaient coup pour coup lors des cinq premières minutes. Le Classico présentait une belle intensité, et les débats voyaient les deux équipes rester au coude à coude. La sortie pour deux minutes de NOSEK entraînait la rentrée de ROY sur le poste d’arrière droite, et la jeune bisontine marquait alors son premier but de la saison avec l’équipe professionnelle. La défense bisontine, elle, se montrait plutôt en place, et les récupérations de balle permettaient aux Rouges de prendre la tête après dix minutes de jeu (7-6). Sans doute un peu piquées par cette bonne entame bisontine, et sous l’impulsion de BURGAARD, les Messines appuyaient alors sur l’accélérateur pour terminer ce premier quart d’heure en infligeant un 5-1 aux Bisontines. Les Dragonnes créaient un premier écart dans cette rencontre (8-11, 15′).

Rentrée à la place de MAIROT sur le poste d’arrière gauche, ĆOROVIĆ se voyait même basculée ailière gauche lorsque TSHIMANGA écopait d’un deux minutes. Mais la Monténégrine ne se plaignait pas et scorait par deux fois aux alentours de la vingtième minute de jeu. De l’autre coté, Metz continuait la mise en route de son rouleau compresseur, et JORGENSSEN, à distance, ne se faisait pas prier pour tromper LERSTAD dans les buts bisontins. Voulant exploiter le jeu rapide pour contrer les intentions messines, les Rouges faisaient preuve d’imprécisions, provoquant plusieurs pertes de balles convertis en un clin d’oeil par des Messines hyper rapides dans le jeu de transition. Malgré toute la bonne volonté des Rouges, et leur engagement total dans cette partie, l’écart continuait de se creuser à l’approche de la mi-temps. ZAZAI butait à deux reprises sur son amie DEPUISET sur jet de 7M, et après un dernier rush offensif, Metz et Besançon se voyaient séparés par six longueurs lorsque le buzzer retentissait. Malgré une entame de match réussie et une implication complète, les Rouges accusaient quelque peu le coup au moment de rejoindre les vestiaires.

Après la pause, si le duo MAIROT-FAURE, décidément très en vu ces dernières semaines, voulait ramener les siennes dans la partie, MASLOVA et JORGENSSEN ne l’entendaient pas de cette oreille, et semblaient déterminées à accroître l’écart acquis. En l’espace de huit minutes, les deux coéquipières scoraient à six reprises, montant leur avance à 8 longueurs (17-25). Sur le poste d’arrière droite, ROY continuait à laisser une bonne impression aux nombreux supporters présents. N’hésitant pas à se jeter dans les intervalles et usant de sa capacité à se désarticuler, la jeune Bisontine terminait ainsi la rencontre avec trois buts à son compteur. Mais en face, le show VALENTINI commençait seulement. L’ailière gauche se montrait sans pitié devant son ancien public, et en usant à merveille des montées inversées, elle se procurait de multiples occasions sur contre-attaque. Malgré les trois parades d’HAUGE sur ces montées de balle, l’internationale tricolore marquait tout de même quatre buts en l’espace de six minutes, si bien que huit longueurs séparaient toujours les deux formations à l’entame du dernier quart d’heure (21-29).

Face à l’armada messine, les Engagées continuaient de se battre avec leurs armes, mais avaient véritablement décidé de ne rien lâcher, quand bien même le sort de ce match était scellé. CUENOT prenait alors, elle aussi, part aux débats, et la jeune pivot bisontine ne se gênait pas pour intercepter les balles messines. La barre des dix buts atteints par Metz à dix minutes du terme ne plaisait pas à ROBERT et aux siennes, qui lâchaient toutes leurs dernières forces dans ces dernières séquences. Véritable artisane de la prestation bisontine, MAIROT continuait de briller, se targuant d’un joli 9 sur 11 au tir à l’issue du match. Dans un dernier baroud d’honneur, et au terme d’une dernière montée de balle, rendue possible par une interception de CUENOT, ROBERT venait sceller le score de cette rencontre (29-37). Face à une équipe d’une classe bien supérieure, les Bisontines ne pouvaient alors que s’incliner, et rendre les armes. Metz s’imposait, et restait alors invaincu dans ce championnat de Ligue Butagaz Energie.

Sébastien MIZOULE dira alors, à l’issue de cette rencontre, que si le résultat brut n’est pas positif, le contenu, lui, a su l’être sur plusieurs périodes. Et à n’en pas douter, bon nombre des plus de 2500 personnes présentes au Palais des Sports ce mercredi soir partageront son point de vue et son analyse. Puisqu’au-delà du score final, ponctué de neuf longueurs de retard, les Bisontines auront joué avec toutes leurs armes (du moins, celles à leur disposition), et n’auront jamais baissé les bras face à cette armada messine. Chacun aura alors su constater la motivation, la détermination et l’engagement des Rouges, mais aussi les bonnes prestations des joueuses issues du Centre de Formation, à l’image de ROY et CUENOT. Il conviendra alors, à l’occasion du dernier match de l’EHF European League prévu ce samedi au Palais des Sports, de convertir les bonnes impressions livrées face à Siòfok et ce mercredi, pour relancer une dynamique et retrouver de la confiance, à l’approche de matchs de championnats des plus importants en vu d’une prochaine qualification en Coupe d’Europe… Et, encore un grand merci pour votre présence aux côtés des Engagées !

Crédit photo : Sosuitephotographie