Comme si on ne s’était jamais quitté. 72 petites heures après la première journée d’EHF European League, et pour la troisième fois en une semaine, la communauté ESBF se donnait à nouveau rendez-vous au Palais des Sports, ce mercredi, soir. Au programme de ce troisième acte du marathon bisontin, les Engagées voyaient se présenter face à elles l’équipe de Saint Amand, alors douzième au classement, mais seule équipe à avoir su faire tomber Brest cette saison. Pour cette onzième journée de Ligue Butagaz Energie, un visage bien connu des Bisontins faisait son retour au Palais des Sports, en la personne de Romane FRECON-DEMOUGE, capitaine des Louves et soeur d’Alizée. Fortes de leurs deux victoires acquises lors de leurs deux premiers matchs de l’année, les Rouges avaient à coeur de poursuivre leur série de succès. Pour mener à bien cette mission, les techniciens bisontins pouvaient compter sur un effectif au complet, à l’exception de la blessure de DEMBELE.

Dans les premières minutes de la rencontre, le match peinait à trouver un rythme, et les débats se voulaient assez imprécis et hachés. Du côté des Louves, CHALMANDRI se chargeait de tromper LERSTAD, permettant aux siennes de prendre les commandes de la partie. Mais le duo composé de GRANIER et MAIROT ne comptait pas laisser partir les Louves, et comptaient bien ramener l’église au coeur du village. Très efficace depuis son aile, la Sudiste scorait à quatre reprises lors du premier quart d’heure, aussi bien sur montée de balle qu’en attaque placée. Mais sitôt le but bisontin marqué Saint Amand répondait en exploitant les engagements rapides, si bien que BRKIC offrait deux buts d’avance aux siennes après 12 minutes de jeu. Il fallait alors, à nouveau compter sur la précision de GRANIER pour ramener les siennes au score, et le premier quart d’heure se concluait sur un score de parité, avec des débats qui peinaient à exprimer leur plein potentiel (6-6).

Bien décidées à perturber et contrer le projet de jeu bisontin, les Louves comptaient aussi sur les multiples parades de VOJNOVIC lors de ce premier acte pour continuer la course en tête. Très efficace depuis sa base arrière, BOISORIEUX trompait la vigilance de LERSTAD, et Saint Amand conservait une longueur d’avance à l’entame des dix dernières minutes de cet acte. C’en était trop pour les Bisontines, qui se décidaient à changer de braquet. Grâce à une défense bien plus énergique et agressive, et sous l’impulsion d’une FAURE impressionnante de vivacité et d’engagement face au but, les locales prenaient enfin la tête de cette partie, profitant des trois buts de la demi-centre rouge en deux minutes ! Le temps mort posé par le technicien nordiste n’y changeait rien : Besançon semblait avoir pris la mesure des débats du soir, se permettant même de creuser l’écart à l’approche de la mi-temps (16-13).

Au retour des vestiaires, si HURYCHOVA réduisait le score après deux minutes, le collectif bisontin allait démontrer toute sa puissance et sa force, retrouvées depuis le début de cette année 2023. La défense rouge fermait la boutique, enchaînait les récupérations de balles et les buts de l’autre côté du terrain. Véritablement muselées face au but et manquant de précision offensive, les Louves ne pouvaient que constater la déferlante bisontine arriver, et l’écart au score passait rapidement à 5 longueurs, toujours sous l’impulsion de FAURE. Pas en reste pendant ce match, MAIROT démontrait aussi sa bonne forme du moment, ses deux derniers buts à l’approche du dernier quart d’heure lui permettait de terminer son match sur un joli 7/10. Acculées, les visiteuses ne parvenaient plus à tromper la défense rouge, et HAUGE, rentrée à la place de LERSTAD, se chargeait de sortir les quelques brèches amandinoises. La supériorité bisontine semblait établie, et les Engagées prenaient 7 buts d’avance à 15 minutes du terme (22-15).

Dans le dernier quart d’heure, les débats se voulaient d’une qualité bien inférieure aux minutes précédentes. Les deux équipes multipliaient les erreurs offensives, et ZAZAÏ puis Romane FRECON-DEMOUGE, coup sur coup, regagnaient les bancs de touche pour des tirs dans la tête de la gardienne adverse. Si les buts se faisaient rares pendant ces quelques minutes, TSHIMANGA profitait du bon travail de GRANIER et FRECON-DEMOUGE (Alizée, cette fois-ci), pour marquer à deux reprises sur jeu rapide. L’écart se portait alors à neuf longueurs à 5 minutes du terme, et seulement trois petits buts avaient été inscrits par les Louves en 25 minutes. Dans un sursaut d’orgueil, Saint Amand retrouvait alors le chemin des filets, profitant aussi du relâchement bisontin. Sous l’impulsion de MAURIN, l’écart revenait provisoirement à six longueurs, mais la soeur FRECON-DEMOUGE locale s’offrait trois réalisations lors des deux dernières minutes, pour sceller ce match bien particulier sur un écart de huit longueurs en la faveur des siennes (30-22).

Qu’on en convienne, les débats n’auront pas été aussi qualitatifs que ceux observés, et appréciés, dimanche par les supporters bisontins. Mais, l’essentiel n’est pas là : entre deux matchs de Coupe d’Europe, dans une rencontre piège, les Bisontines ont su déjouer les plans amandinois pour décrocher un nouveau succès en Ligue Butagaz Energie. De surcroît, l’important écart acquis aura permis aux techniciens bisontins de réguler les temps de jeu de chacun, et donc, d’économiser les troupes avant le long périple qui attend les Engagées jusqu’à Molde, en Norvège. Le marathon des mois de janvier et février est encore loin d’être fini, mais cette première portion du parcours aura été parfaitement maitrisée par des Bisontines qui auront su retrouver leur combativité, leur solidarité et leur force collective. Alors, comme le disait Mizoule à l’issue de la rencontre, “pourvu que ça dure”, et cela commence dès samedi, en Norvège, pour la deuxième journée d’EHF European League !