Terminée la longue trêve internationale, c’est repartie pour la Ligue Butagaz Energie. Ce mercredi soir, après plus d’un mois d’arrêt en raison des différents championnats continentaux organisés, les Engagées refoulaient les parquets du Championnat de France, à l’occasion de la septième journée de Ligue Butagaz Energie. Si la dernière journée avant la coupure avait offert un choc face à Brest, la reprise n’en était pas moins solide, puisque les Bisontines s’en allaient défier les Messines, actuelles leader du championnat et invaincues sur la scène nationale. Pour ce “derby de l’est”, comme on aime l’appeler, les techniciens bisontins pouvaient compter sur le précieux retour d’Alizée Frécon-Demouge, apte à reprendre la compétition après avoir été longuement embêtée au genou.

En face, l’armada locale, qui retrouvait sa belle salle des Arènes, semblait bien décidée à reprendre son rythme d’avant trêve, et ce dès les premières minutes de la partie. Le match démarrait ainsi sur les chapeaux de roues, si bien que le score était déjà de 6 – 5 après 8 petites minutes de jeu. Portées par une Burghard des grands soirs (7/9 au tir), les Dragonnes exploitaient les moindres petites erreurs bisontines, aussi bien en attaque qu’en défense, et les missiles portés à longue distance transperçaient d’abord Lerstad, puis Hauge dans le but bisontin (15-8, 18ème). Pour panser les plaies et stopper l’hémorragie, les Rouges s’en remettaient à leur duo de demi centres composé de Frécon-Demouge et Faure, qui parvenaient, tant bien que mal, à trouver d’infimes espaces dans la défense messine. Au terme d’une première période jouée à vive allure, et pendant laquelle les Bisontines auront du subir la supériorité messine, les deux équipes rejoignaient les vestiaires avec un écart de huit longueurs (21-13, MT).

Après le quart d’heure de pause, les Engagées s’affichaient déterminées à ne pas se laisser faire tout le match, et revenaient avec de meilleures intentions sur le taraflex des Arènes. L’intensité mise en défense permettait tantôt à Lerstad de sortir des ballons, tantôt de réaliser des interceptions, offrant de précieuses situations de montées de balles. Mais de l’autre côté du terrain, Depuiset avait décidé de laisser la boutique fermée, écœurant les attaquantes bisontines et terminant avec plus de 40% d’arrêts. Si le match ne revêtait plus aucun suspens, le tableau paraissait même se noircir à deux reprises, lorsque Zazaï puis Nosek étaient obligées de quitter leurs partenaires, toutes deux touchées légèrement aux genoux. La fin de la partie devenait alors anecdotique, et le gain de cette rencontre était définitivement acquis aux Messines. Le dernier but d’Aoustin, à quelques secondes du terme d’un joli lob, scellait le score sur un écart de neuf longueurs en faveur des Dragonnes (33-24).

Pour leur retour en championnat, les Engagées ont rendu les armes, face à une équipe messine ô combien difficile à affronter tant elle est capable de développer un jeu rapide et efficace. Après une première période peu concluante, les Bisontines auront du faire preuve de caractère en seconde période, et conserver un écart proche de celui acquis à la mi-course. On pourra noter, au rayon des bonnes nouvelles de la soirée, le retour d’Alizée Frécon-Demouge, dont nul ne doute que son empreinte sur le jeu bisontin ne fera que grandir au fil des prochains matchs. Et cela tombe bien, puisqu’un premier match couperet se présente dès samedi pour les Engagées, avec la réception de Bera Bera pour le troisième tour de qualification à l’EHF European League. Il faut donc vite soigner les maux, aussi bien dans les têtes que sur les corps, pour préparer au mieux cette échéance, qu’il conviendra bien évidemment de ne pas manquer…