Relever la tête, faire table rase du passé proche, et surtout, se racheter. Quatre petits jours après la défaite cinglante lors d’un derby manqué, les Bisontines disposaient d’une parfaite occasion de montrer leur vrai visage, en recevant l’un des deux ogres de ce championnat. En effet, pour cette sixième journée de Ligue Butagaz Energie, les Bretonnes du Brest BH croisaient la route des Engagées, à l’aube de la trêve internationale. Pour l’occasion, la billetterie s’affolait, et ce sont près de 3000 personnes qui étaient attendues au Palais des Sports. Chacun attendait alors une réelle réaction des Bisontines, bien décidées à regarder Brest droit dans les yeux, et montrer le réel niveau de jeu de ce groupe. Pour ce faire, coach Mizoule réalignait le même groupe qu’à Dijon, tandis que Brest se présentait avec son armada au presque complet.

Dans les premières minutes du match, les Bisontines démarraient le couteau entre les dents, et mettaient toute l’intensité nécessaire pour mettre à mal les offensives bretonnes. Un véritable duel se mettait alors en place entre Mairot d’un côté et Jaukovic de l’autre, puisque chaque joueuse inscrivait trois des quatre premiers buts de leur équipe en dix petites minutes. Bien dans leur partie, les Bisontines tenaient ainsi parfaitement tête aux Brestoises, et l’entrée de Tshimanga au poste d’ailière droite permettait à nouveaux aux protégées de Sébastien Mizoule de rester au contact de leurs adversaires du soir. Au terme d’un premier quart d’heure des plus plaisants, avec une équipe bisontine réellement retrouvée, les deux formations n’étaient séparées que d’une petite longueur (7-8).

Le public bisontin, présent en très grand nombre ce soir, soutenait alors son équipe avec entrain, et Granier ramenait rapidement les siennes à hauteur de Brest. Profitant de quelques erreurs offensives bisontines, et des parades bien inspirées de Foggea dans les cages, les ReBelles s’offraient tout de même deux longueurs d’avance lorsque Toublanc transformait son jet de 7M. Mais Besançon n’entendait pas laisser filer les Brestoises si facilement. Remettant une couche d’agressivité et d’intensité en défense, les locales parvenaient à recoller à l’approche de la mi-temps. Entrée en jeu dans la cage bisontine, Lerstad sortait trois des cinq tirs subis lors des dernières minutes, et Granier égalisait pour les siennes à deux minutes du buzzer. Au moment de rejoindre les vestiaires, aucun des deux camps ne réussissait donc à prendre l’ascendant sur l’autre, dans un match des plus plaisants à suivre. (12-12)

Qu’on se le dise, tout semblait alors possible en seconde période, et chacun y croyait. En début de mi-temps, Jaukovic répondait encore à Mairot, mais la Brestoise devait laisser sa place sur le terrain pour cause de blessure. Si Granier maintenait les siennes à hauteur des ReBelles après 7 minutes de jeu, les Engagées connaissaient un petit passage à vide en encaissant trois buts malgré une supériorité numérique. Foppa profitait alors d’un manque de lucidité côté bisontin pour offrir trois longueurs d’avance aux siennes (15-18). Comme il y a un an, à Brest, coach Mizoule sortait son coup magique, positionnant Tshimanga sur un poste d’arrière droite. Par sa percussion et sa vitesse, la jeune bisontine scorait par deux fois, et ramenait les siennes à une petite longueur à l’approche des quinze dernières minutes.

À cet instant, le match prenait son dernier tournant. Les Bisontines obtenaient un précieux jet de 7M, mais le facteur clé de cette partie s’appelait Cléopâtre Darleux. Sagement assise sur son banc depuis le début de partie, la gardienne brestoise sortait de sa réserve pour sortir la tentative bisontine. Suivant cette impulsion, Mauny redonnait trois buts d’avance aux siennes, tandis que Darleux se mettait sur orbite pour sortir 7 des 13 tentatives subies au cours de ce dernier quart d’heure. Malgré toutes ses tentatives, et malgré son acharnement et son total engagement dans cette partie, Besançon ne semblait plus en mesure de combler l’écart au score. Même si le but de Mairot ramenait les siennes à deux longueurs à deux minutes du terme, le dernier but de Carslon scellait définitivement la victoire brestoise de trois unités. (24-27).

La victoire n’est pas là, certes, mais les Engagées auront su, tout au long de cette partie, montrer au public bisontin, venu en nombre, le vrai niveau de cette équipe. Face une équipe brestoise bien plus armée que le collectif bisontin, et habituée des joutes en Ligue des Champions, les Bisontines auront su tenir tête pendant près de cinquante minutes, avant de céder après tant d’engagement et d’intensité. À n’en pas douter, cette prestation aura su réconforter et rassurer les supporters et suiveurs bisontins : oui, notre équipe est capable de tenir tête aux meilleures équipes de notre championnat. Ces joueuses et ce staff savent se relever, se battre, et continuer à avancer.

Place à la trêve internationale, avec un peu de repos pour certaines, des sélections internationales pour d’autres. La suite s’annonce sous les meilleurs auspices, puisque les prochains noms au calendrier s’appellent Metz, en déplacement pour la Ligue Butagaz Energie et Bera Bera à la maison, pour le troisième tour de qualification en EHF European League… Et comme toujours, elles auront besoin de vous !