Entretien Avec Alexis ROUSSEL – Entraîneur des U17 National.

Alexis, tu étais cette saison l’entraîneur des U17 qui évolue en National. La saison s’est terminée mi-mai, faisons un récap’ de ces 10 derniers mois et de cette saison 2021/2022 ! 

Tu as intégré le club en août 2021 et tu as été nommé à la tête de l’équipe U17 National, comment s’est effectuée ton arrivée à la tête de cette équipe ? 

A. ROUSSEL : C’est un groupe que je connaissais déjà puisque j’accompagnais Théo Breyer la saison passée, ça a facilité la prise en main du groupe. Les filles me connaissaient également et tout le monde a très rapidement été à l’aise avec ce nouveau fonctionnement. Cette année, j’étais accompagné d’Alex Lambert qui a rejoint le club suite à ma demande de venir m’épauler sur ce collectif et son intégration s’est également très bien passée.

L’équipe était déjà construite à ton arrivée où tu as dû effectuer un recrutement ou un aménagement de celle-ci ? 

A. ROUSSEL : L’été dernier l’équipe a compté 6 ” départs ” : 2 arrêts et 4 joueuses qui sont passées en N1 dont 2 gardiennes. C’est sur ce poste de gardienne que nous avons en priorité chercher à compenser les départs. Nous avons recruté une gardienne venant du club voisin de Palente, et une fille du club que nous avons fait monter de U15. Pour les joueuses de champ, nous avons estimé que le groupe était suffisamment étoffé (13 joueuses de champ) et n’avons donc pas fait de recrutement. Avec du recul, nous aurions peut-être eu besoin d’une ou deux joueuses supplémentaires pour vivre une saison plus confortable, bien qu’on ne puisse jamais anticiper les blessures et autres absences…

À quelle fréquence entraînes-tu les filles par semaine ? Sur quels aspects / thématiques étaient construits les entraînements ? Tu as également 5 joueuses qui évoluent au pôle de BFC et que tu n’entraînes pas quotidiennement ? 

A. ROUSSEL : En effet, l’équipe est composée de filles qui sont pour une bonne partie en structure la semaine, que ce soit au pôle ou à la section sportive au lycée, ce qui signifie qu’elles ont déjà des entrainements toute la semaine. Nous avons donc entrainement tous ensemble qu’une seule fois par semaine, le vendredi soir pour préparer la rencontre du week-end. Sur ces séances, on travaille surtout sur du collectif, le but étant que les filles arrivent à jouer ensemble, à créer des automatismes entre elles dans l’optique de réussir à les réutiliser en match.

Quels étaient les objectifs de début de saison ? Pour le collectif, et toi personnellement en tant qu’entraîneur pour la première fois à ce niveau. 

A. ROUSSEL : Bien que l’équipe ait très peu changé, on avançait en terrain inconnu en début de saison puisque c’était la première ” vraie ” saison de U17. La saison passée avait été victime de la Covid-19, et celle auparavant le niveau était celui de U18. On ne savait donc pas trop où se situer dans ce championnat. Pour autant, l’objectif était de se qualifier en poule haute et ainsi de finir parmi les 3 premières de la première phase, sur les 6 équipes engagées. Pour ma part, c’était l’occasion de coacher à un niveau nouveau, je souhaitais en profiter pour prendre un maximum d’expérience, et surtout continuer à apprendre. Ma formation à la ligue BFC et surtout mon contact quotidien avec des entraineurs plus chevronnés, que ce soit au club ou au pôle BFC, m’ont permis d’énormément progressé.

Vous avez joué 20 matchs cette saison, et décrocher 11 victoires. Es-tu satisfait de ce ratio ? Les 3 matchs nuls réalisés auraient-ils pu être finalement des matchs gagnés ? 

A. ROUSSEL : Sur la première phase, nous finissons avec 4 victoires et 1 match nul sur 10 matchs. Il nous a manqué 1 ou 2 victoires pour nous qualifier en poule haute. Le match nul était contre Strasbourg qui a fini première de cette première phase et deuxième de poule haute par la suite. C’est donc un résultat plutôt positif pour nous, surtout qu’il est arrivé à une période où l’équipe était en pleine progression. Sur la deuxième phase, nous ne déplorons qu’une seule défaite, ce qui est très bien, mais en effet les deux matchs nuls étaient des matchs totalement à notre portée où nous aurions dû repartir avec la victoire. Dans l’ensemble , le bilan est mitigé sur le plan comptable, mais ce n’est pas la seule chose à prendre en compte quand il s’agit d’une équipe de jeunes joueuses.

Vous avez été redirigé en poule basse lors de la deuxième partie de saison. As-tu été plus exigent avec ton équipe et demandé plus d’attentes sur le jeu ?

A. ROUSSEL : Je pense que mon exigence a augmenté doucement au fur et à mesure de la saison, ce qui est logique puisque plus les entrainements passent et plus les joueuses sont censées maitriser ce qui leur ait demandé. Mais les filles ont aussi augmenté leur niveau d’exigence envers elles-mêmes lorsqu’elles ont vu que les résultats n’était pas ceux escomptés. Il faut faire attention de ne pas tomber dans le ” trop d’exigence ” voire dans la punition quand les résultats ne sont pas bons. Il ne faut pas oublier qu’il s’agit de jeunes filles. Pour moi la notion de plaisir est primordiale et j’essaye toujours de trouver le juste milieu entre le sérieux à mettre pour performer et les moments plus joviaux.

Dans cette poule basse, vous avez fini premier et vous êtes d’office re-qualifiés pour évoluer dans le championnat national la saison prochaine. Satisfaction ? 

A. ROUSSEL : Oui, c’est une réelle satisfaction ! D’une part, pour en effet valider la qualification en national la saison prochain, ce qui est primordial pour un club comme l’ESBF, mais aussi parce qu’en terme d’évolution d’équipe, on a terminé là où on voulait être. C’était notre objectif en entamant cette deuxième phase : prouver aux autres, mais surtout à nous qu’aucune équipe ne devait finir devant nous en poule basse.

Quels seront les changements et les attentes pour la saison prochaine et d’ores et déjà le nouvel ou les nouveaux objectifs ? 

A. ROUSSEL : L’année prochaine l’équipe va beaucoup changer. On compte quelques départs/arrêts et surtout l’arrivée d’un gros contingent de jeunes joueuses nées en 2008 (issues de la formation du club et du recrutement). Il faudra donc que les filles apprennent à se découvrir et à évoluer ensemble. L’objectif principal ne change pas, à savoir accompagner les filles dans leur progression et qu’elles prennent du plaisir à jouer. Sur le plan sportif, obtenir une place en poule haute sera le premier objectif de la saison.

Enfin, pour quand est prévue la reprise estivale et à quoi ressemblera-t-elle ? 

A. ROUSSEL : Les filles auront un programme de préparation individuelle à effectuer durant une partie du mois de juillet, afin de se maintenir en forme en vue de la reprise. Puis, nous nous retrouverons dès le lundi 08 août avec une alternance entre des activités plutôt ” physique ” (course, renforcement musculaire, beach handball, course d’orientation, etc) et du travail purement handball dans le but de mettre en place le projet de jeu de l’équipe. Sans oublier bien sûr des moments conviviaux pour développer la cohésion du groupe ! Enfin, il est à noter que certaines joueuses feront une partie de la préparation du mois d’août avec le groupe de la N1 avant de nous rejoindre.

Merci pour tes réponses, encore bravo à toi et ton équipe pour cette belle saison !