Entretien avec Théo BREYER – Entraîneur de la Nationale 1.

Théo, tu étais l’entraîneur principal de l’équipe réserve cette saison qui évolue en Nationale 1. La saison s’est terminée mi-mai, faisons un débrief de ces 10 derniers mois et de cette saison 2021/2022 !

Tu as été nommé à la tête de l’équipe réserve cette saison, comment s’est déroulé ton accession à ce poste ? 

T. BREYER : J’étais déjà au club depuis plusieurs années, d’abord sur les U18 régionaux durant 2 ans puis U18 nationaux durant les 3 dernières années. Je commençais donc à être bien habitué aux exigences du club. En plus, j’ai eu l’occasion de côtoyer Tom GARNIER et Sébastien MIZOULE au cours de ces années-là. On se connaît bien donc j’ai tout de suite été partant lorsqu’ils m’ont proposé le fonctionnement de cette nouvelle saison. La prise en main s’est plutôt bien passée, j’avais déjà entrainé une majorité des filles lors des saisons précédentes.

L’effectif anciennement entraîné par Sébastien MIZOULE, à ton arrivée, l’équipe a t-elle changé, été modifiée par rapport à la saison passée ? 

T. BREYER : Compliqué de faire un comparatif par rapport à la saison précédente, vu le peu de moments où le groupe a pu évoluer ensemble. Cependant, il faut souligner que l’effectif était pour une grande partie novice sur le niveau Séniors et Nationale, avec des filles âgées de 15 à 21 ans.

Pour que le grand public comprenne mieux, cet effectif, tu ne l’entraîne qu’une seule fois par semaine. Peux-tu nous expliquer ? 

T. BREYER : Alors oui, c’est la particularité avec cet effectif qui est constitué pour la quasi-totalité de joueuses issues du Pôle Bourgogne Franche-Comté de Handball ainsi que de joueuses du Centre de Formation du club. Ces joueuses s’entrainent donc toute la semaine soit au Pôle soit au club avec les professionnelles et se retrouvent uniquement le vendredi soir pour s’entrainer ensemble à la veille du match. Pendant les vacances et la préparation estivale, nous avons la possibilité de nous entrainer un peu plus ensemble ! Mais surtout pour que l’adaptation soit simple, nous travaillons sur des projets de jeu communs et avec les mêmes intentions défensives.

Quels étaient les objectifs de début de saison ? Pour le collectif, et toi personnellement en tant qu’entraîneur pour la première fois à ce niveau. 

T. BREYER : L’objectif principal avec cet effectif, sur ce niveau de jeu, c’était d’abord de permettre aux joueuses de progresser pour qu’elles atteignent leur meilleur niveau possible : on est dans un processus d’accompagnement. Mais cela passe aussi par l’atteinte de certains résultats, d’abord le maintien, car nous nous devons de proposer chaque année le niveau de jeu N1 aux filles, c’est le minimum. Pour moi, l’objectif était de maintenir le niveau d’exigence et de résultats, car Sébastien venait d’effectuer 5 belles saisons avec le collectif. J’ai aussi essayé de garder ma personnalité et mon fonctionnement, pour me sentir à l’aise dans mon rôle tout en m’inspirant de ce que Sébastien a pu faire auparavant. 

8 victoires d’un but sur 16 victoires en 26 matchs ! La moitié de vos victoires, vous les avez gagné d’un seul but, comment tu expliques ces victoires là ? 

T. BREYER : Je pense qu’il y a différentes victoires d’un but : celles contre des adversaires mieux classés et celles contre des adversaires soi-disant « inférieurs » à nous. Certaines victoires +1 avaient donc des saveurs différentes. Mais je pense qu’elles s’expliquent toutes d’une part, par le talent et le potentiel des joueuses, d’autre part, par l’irrégularité inévitable de joueuses aussi jeunes. La vraie valeur ajoutée à ces victoires, c’est l’impact sur le mental, je pense qu’à force, quand les matchs étaient serrés, nous avions confiance en notre capacité à gagner, et à l’avenir je sais que ces victoires vont être positives sur le mental du groupe.

Il y a les victoires, mais également les défaites.. Ont-elle été difficile à encaisser ? Vous ont-elles permises à toi et ton collectif de travailler différemment ?

T. BREYER : La jeunesse, la découverte du niveau de jeu et le fait que l’effectif soit très variable, nous a posé problème par moment et nous n’avons pas réussi à proposer un niveau de jeu suffisant lors de certains matchs. Sur le moment, les défaites sont toujours difficiles à encaisser, c’est un plaisir pour personne. Mais elles permettent d’identifier les étapes de progression pour le groupe et pour chacun d’entre nous, tout comme elles permettent aussi de rendre les victoires qui suivent plus appréciables ! Je pense qu’on travaillera en se concentrant encore plus sur nous la saison prochaine, c’est l’adaptation que nous ferons.

As-tu dû effectuer des corrections ou donner de nouveaux objectifs en cours de saison à ton effectif pour maintenir la bonne dynamique et les apprentissages jusqu’à la fin de la saison ? 

T. BREYER : En effet, quand on a vu à la mi-saison qu’on arriverait à se maintenir, nous nous sommes donnés comme objectif de finir à la 5ème place de notre poule. Et puis comme nous savons que notre effectif est variable, nous avons aussi essayé de faire des coups sur certains matchs, comme nos deux victoires contre Metz. Les objectifs individuels ont un peu évolué également, car les joueuses du Centre de Formation étaient souvent avec les professionnelles durant la campagne européenne, les jeunes ont donc dû prendre plus de responsabilités, tenter plus de choses, s’exprimer un peu plus …

Vous finissez à la 17ème place du championnat de Nationale 1 sur 56 équipes engagées, c’est une belle performance. Quels seront les changements pour la saison prochaine et d’ores et déjà le nouvel ou les nouveaux objectifs ? 

T. BREYER : C’est une performance correcte, il faut tenir en compte le fait que notre Poule 3 est une poule parfois plus relevée que les autres mais parmi les équipes réserves de clubs pros, nous sommes plutôt bien classés oui. Très peu de changements ont lieu en prévision de la saison prochaine, l’expérience emmagasinée cette saison sera -je l’espère- en notre faveur et les progrès des filles devraient commencer à être payant pour aller chercher un maintien rapide afin de se projeter sur un classement à minima équivalent à celui de cette saison.

Enfin, pour quand est prévue la reprise estivale et à quoi ressemblera t-elle ?

T. BREYER : Nous avons prévu de reprendre par un stage les 4 et 5 août, puis d’enchainer avec 3 grosses semaines de travail où nous serons uniquement en salle. Nous travaillerons autant l’aspect physique qu’handballistique, avec plusieurs matchs amicaux également, la charge sera importante mais les filles étaient en bonne condition physique cette saison et elles se prépareront individuellement avant le 4 août. Clairement, si nous voulons profiter de la continuité avec le groupe, nous devrons faire une grosse préparation estivale afin d’être dans les meilleures dispositions le 10 septembre. 

Merci pour tes réponses, et encore bravo à toi et à ton équipe pour cette belle saison !