Plus que quatre. Au sortir de la trêve internationale, qui aura vu de nombreuses Engagées rejoindre leurs sélections respectives, il ne reste que quatre matchs de championnat aux Engagées pour clôturer leur saison. Le premier de ces quatre matchs, auxquels il faudra évidemment rajouter la finale de la Coupe de France, les envoyait du côté de Celles sur Belle, pour l’un des plus longs déplacements de l’année. Quatrièmes du championnat de Ligue Butagaz Energie avant le coup d’envoi, les Rouges s’en allaient affronter une équipe mal classée, et en lutte pour le maintien, mais qui ne lâche jamais rien lors de ses rencontres à domicile. Malgré cet écart au classement, la rencontre s’annonçait donc périlleuse et délicate, dans une salle de l’Acclameur où un public nombreux et bouillant était attendu.

Sébastien Mizoule proposait un effectif rajeuni pour cette bataille, puisque outre les absences désormais habituelles, Lucie Granier manquait également à l’appel. Le Centre de Formation se déplaçait alors en force avec la présence de Cordier, Cuenot, Bonnet et Tshimanga. Dans une ambiance fort plaisante, la rencontre partait sur de timides bases. Les imprécisions prenaient le pas sur les attaques de chaque côté, mais la défense bisontine, avec Hauge comme dernier rempart, permettait aux Engagées de faire la course en tête avec une ou deux longueurs d’avance. Malgré ses difficultés offensives, Celles sur Belle, emmenée par Briemant, ne laissait pas ses adversaires du soir trop s’éloigner au score. Il fallait alors un jet de 7M de Zazai pour voir Besançon conserver la tête à l’issue du premier quart d’heure (5-6).

Pauline Robert et les siennes décidaient alors de monter encore un peu plus le curseur dans l’intensité défensive, ne laissant que très peu d’espace aux Celloises. Ces bonnes intentions défensives entraînaient alors des récupérations de balle de Mairot ou Robert, rapidement concluent de l’autre côté du terrain, et les visiteuses prenaient quatre longueurs d’avance à l’issue d’un 3-0 conclu par Tshimanga. Bien qu’un peu grippée, la machine offensive prenait également toute sa place en cette fin de mi-temps, si bien que Mairot et Cordier, pour son premier but avec l’équipe professionnelle, faisaient grimper l’écart à cinq longueurs à l’approche du buzzer marquant la fin du premier acte. Grâce.à une défense impériale, mais sans briller offensivement, les Engagées parvenaient à prendre le meilleur de leurs adversaires, mais il convenait de ne pas crier victoire trop vite.

Et le retour des vestiaires nous confortait dans cette prudence, puisque les Celloises ne se décidaient pas à abdiquer. Revenues avec de meilleures intentions, les locales provoquaient les pertes de balle bisontines, et revenaient rapidement à trois longueurs par l’intermédiaire de Ahlen et Petiot. Pour stopper ce temps faible, Bonnet réalisait ses premières parades de la rencontre, et Nosek, par deux fois, trouvait la faille dans la défense adverse de l’extérieur des 9M. Besançon rencontrait quelques difficultés à imposer son jeu offensif, mais compensait ceci par une activité défensive de tous les instants, poussant les techniciens bisontins à effectuer de nombreuses rotations. Mais la jeune garde bisontine ne faisait pas couler le navire Rouge, et l’écart au tableau d’affichage s’élevait à 6 longueurs à l’entame du dernier quart d’heure (15-21).

Poussées par leur public nombreux, et célébrant chaque but comme une victoire, les locales jetaient alors leurs dernières forces dans la rencontre. Face à des Bisontines jouant de malchance – 6 poteaux dans la partie – ou d’imprécisions offensives, les Celloises pouvaient compter sur les réalisations de Petiot pour, de nouveau, se rapprocher à trois longueurs à six minutes du terme. On sentait alors un vent d’espérance dans la salle niortaise, et une petite tension dans le camp bisontin. Mais lorsque Celles sur Belle possédait la balle du -2, Hauge fermait la boutique, et Pobelle assumait toutes ses responsabilités en inscrivant son premier but dans le jeu avec l’équipe première. Avec quatre buts d’avance, Besançon pouvait alors dérouler lors des dernières minutes, et se dirigeait vers une victoire acquise dans la douleur, mais bel et bien méritée (23-28).

On l’avait dit, rien n’est jamais facile lorsqu’il s’agit de se déplacer à Celles sur Belle, et les Belles de Celles l’ont encore démontré ce vendredi soir. Mais les Engagées auront su éviter le piège tendu, et décrocher une huitième victoire consécutive. Invaincues en championnat depuis le 9 février, les Engagées maintiennent en marche le rouleau compresseur, et conservent leur quatrième place au classement. Au-delà de la victoire, les techniciens bisontins auront eu l’occasion de ménager quelques organismes, et les plus jeunes joueuses n’auront pas vacillé face aux poids des responsabilités. Nouvelle illustration, s’il en fallait encore, que la force bisontine se situe dans son collectif élargi. À l’approche des trois dernières journées, les Engagées semblent bien décidées à poursuivre cette série de victoires jusqu’au terme de la saison. Bourg de Péage, attendu samedi prochain au Palais des Sports, sait désormais à quoi s’en tenir…