Le grand soir était enfin arrivé. Deux ans plus tard, et le temps d’une soirée, le Palais des sports s’ornaient du prestigieux logo de l’EHF European League. C’était en effet ce samedi que, deux ans après la défaite au troisième tour face à Odense, les Engagées retrouvaient la Coupe d’Europe, conséquence directe de la belle troisième place acquise la saison dernière. Au programme de cette dernière étape avant la phase de poule, une opposition face aux Espagnoles de l’Atletico Guardes, relativement peu connues sur la scène internationale.

Après la défaite face à Nice samedi dernier, le discours proposé par Sébastien Mizoule et ses joueuses était des plus explicites : gagner, avec la manière et de l’écart. Les Espagnoles, quant à elles, plombées par les blessures et venues à 12, ne pouvaient pas franchement afficher les mêmes ambitions… Dès le début de rencontre, les débats tendaient à l’avantage des Bisontines. Aoustin, parfaite connaisseuse de cette coupe d’Europe (elle l’a remporté avec Siofok), lâchait les chevaux et inscrivait 5 buts en une petite dizaine de minutes. Dans son élan, les Engagées prenaient rapidement les devants, et sur un dernier penalty de Zazai, les deux équipes rejoignaient les vestiaires avec déjà un écart de six longueurs (18-12).

Et même si le suspens semblait déjà de l’autre côté de la frontière, la seconde mi-temps ne perdait pas en intérêt pour autant. D’une part, puisque l’objectif était d’arriver en Espagne avec le plus d’avance possible, et il convenait donc de ne pas lever le pied. D’autre part, ce second acte réservait bien des faits de jeu. C’est ainsi qu’à la quarantième minute, deux cartons rouges sortaient en l’espace de deux minutes, d’abord pour Cusset, puis côté espagnol… avant que la table de marque ne veuille aussi rejoindre les vestiaires ! Mais il en fallait bien plus pour perturber les protégées de Mizoule. Sur un rythme proche de la première période, et toujours sous l’impulsion de Zazai et Aoustin, l’écart continuait de grandir, et Besançon pouvait s’imposer tranquillement de 11 longueurs (34-23).

La victoire est là, la manière aussi, et le matelas qui accompagnera les Engagées de l’autre côté des Pyrénées est plutôt confortable. On notera aussi l’importance de chacune dans ce succès, relevant, encore une fois, la si grande complémentarité de ce collectif bisontin. Ainsi, cette soirée de retour de la Coupe d’Europe aura tenu toutes ses promesses, remplissant de joie tout ceux qui y ont assistés, qu’ils aient été sur le terrain ou en tribune. Mais n’oublions pas qu’il y a un match retour à disputer, dimanche prochain, et une rencontre de championnat, mercredi soir face à Toulon. Une belle occasion de poursuivre la fête ? On vous attend !

Crédit photo : @sosuitephotographie – Yoan Jeudy