Après l’équipe professionnelle, l’équipe réserve a également fait débuté sa préparation physique ces dernières semaines. Après deux semaines principalement axées sur le physique (course et musculation), place désormais à la salle, et retour au Palais des Sports. Au programme pour ces jeunes joueuses, mise en place du projet de jeu, et préparation technico-tactique d’une saison particulière pour bien des raisons…

Crise sanitaire oblige, la formule du championnat de Nationale 1 change du tout au tout pour la saison prochaine, avec un fonctionnement en deux phases. Une première poule de 6, dont les deux premières se qualifieront en play-offs, et si les conditions sanitaires le permettent, une seconde partie en play-offs ou en play-down. Sébastien Mizoule, entraîneur principal et responsable du Centre de Formation nous présente cette formule et son équipe pour cette saison dans un nouvel entretien.

ESBF : “Bonjour Sébastien, c’est la reprise depuis deux semaines après six mois d’arrêt, et des moments compliqués. Dans quel état d’esprit abordes-tu cette reprise, et dans quelle optique ?”

Sébastien Mizoule : “Ca fait du bien de reprendre et de revoir les filles. Pour un entraîneur, c’est une période qui n’a jamais été aussi longue et j’espère que l’on ne revivra pas ça, de ne pas finir une saison qui était belle et qui aurait du le rester. J’étais pressé de reprendre, et de voir l’état physique des filles, puisqu’on peut avoir des surprises, des petites choses qui coincent. On a repris le 27 juillet, donc on entame notre troisième semaine et les filles sont dans un état physique plus que convenable. Nous reprenons le handball dans le dur cette semaine, par l’aspect défensif avec les contacts.

ESBF : “Justement, où en est-on dans cette prépa ?”

S. M. : “On a commencé par du travail en surnombre, sur la partie offensive. Cette semaine va être plus courte mais plus dure, avec moins de séances que les semaines précédentes mais en se rapprochant du handball total. Jeudi soir, nous en serons à notre 21ème séance, en comptant la sortie course d’orientation de samedi, en moins de trois semaines. Jusqu’ici, nous n’avons aucun souci physique, et tout le monde est opérationnel à 100%. On va monter crescendo jusqu’à notre premier match amical le 21 août face à Metz.”

ESBF : “Les matchs amicaux débutent donc par une grosse opposition…”

S. M. : “Oui, je l’ai souhaité dure et c’est volontaire. Le groupe est jeune, avec beaucoup de nouvelles dont des filles nées en 2005, et il faut qu’elles se rendent compte réellement du niveau de la N1, et voir le chemin qu’il leur reste à faire pour avoir un rôle dans cette équipe. Le groupe est assez conséquent, en comptant les joueuses du Centre de Formation, donc il faudra gagner sa place. Le championnat a changé de formule, donc il faudra être prêt dès le démarrage.”

ESBF : “Concernant l’effectif, il y a donc des nouvelles jeunes joueuses, les arrivées de Mathilde Roy, Kiara Tshimanga et Florence Bonnet, les départs de Diorobo Sacko et de Julie Vernerey, comment vois-tu cet effectif, et que peut-il aller chercher ?”

S. M. : “Florence a un profil comme Roxanne, et intègre le Centre de Formation, à la différence de Diorobo qui était semi-pro. Florence sait pourquoi elle est là, et elle est en formation. Concernant Marie Louis et Kiara Tshimanga, elles seront en concurrence pour être numéro 2 derrière Chloé Bouquet, mais rien n’est acquis. Elles sont deux pour une seule place, donc la meilleure y sera et l’autre sera avec nous. Pour moi, c’est comme d’habitude, je dois faire prendre la mayonnaise entre des filles du pôle excellence [nées entre 2003 et 2005], des filles du Centre et certaines professionnelles en manque de temps de jeu qui pourront redescendre, donc il faudra faire un peu de magie pour que tout prenne le plus vite possible. Avec dix journées de championnat, la marge d’erreur est très mince.”

ESBF : “Peux-tu nous expliquer cette nouvelle organisation du championnat, et les changements que ça implique dans ton organisation ?”

S. M. : “Nous disputerons un premier bloc de 10 matchs jusqu’en janvier, et les deux premiers seront qualifiés en play-offs, et donc maintenus en N1. Dans cette poule, il y a Palente qui descend de D2, qui a recruté et qui va être une grosse équipe de la poule, tout comme la réserve de Dijon. Avec notre effectif rajeuni, la tâche va donc être ardue pour terminer dans les deux premiers, mais c’est le premier objectif et nous mettrons tout en oeuvre pour le remplir. En fonction, nous redéfinirons un nouvel objectif en janvier.”

ESBF : “Est-ce que ça représente un gros changement pour la saison prochaine ?”

S.M. “Oui, c’est un changement important. En tant que Centre de Formation, nous avons un effectif jeune, donc ca met plus de temps à se mettre en place et aller là où on veut. Souvent, on démarre doucement et on monte en gamme progressivement, mais là, on aura un peu moins de temps pour être compétitif, donc ça va être différent par rapport à la gestion de groupe. Si on n’est pas dans les clous, peut-être que les filles du Centre doubleront plus. Tout sera articulé avec le groupe professionnel, selon nos objectifs dont le principal est de se maintenir. L’un des avantages, c’est que les déplacements seront courts, et ça a son importance pour des jeunes joueuses qui s’entraînent tout le temps, en plus de leurs cours…”

ESBF : “Entre les bons résultats sportifs de la réserve, les performances individuelles et les sélections des jeunes joueuses, ou encore le titre du pôle Bourgogne Franche Comté aux interpôles, avec de nombreuses joueuses du club, est-ce qu’en tant que responsable de Centre de Formation, tu es satisfait de la dernière saison ?”

S. M. : “Oui, satisfait. Le point d’orgue, quand on gère un Centre de Formation, c’est que les joueuses réussissent leur double projet, donc leurs études, ce qui est prioritaire, et qu’elles signent pro ensuite, avec du temps de jeu en LFH. Mais l’objectif n’est pas à court terme, il est a moyen terme pour que les joueuses du centre alimentent le groupe pro, et que l’on n’ait pas à aller recruter ailleurs. Il faut continuer à surfer sur cette vague. Ce n’est pas évident chaque saison, mais on arrive à être dans les clous et à être dans les meilleurs centres de formations de France.

Après une série de matchs amicaux, l’équipe réserve retrouvera les parquets le samedi 09 septembre au Palais des Sports face à Palente !