Lorsque Marine Dupuis a pris sa première saison, il y a 22 ans, et alors qu’elle n’en avait que six, Clarisse Mairot, Lucie Granier ou encore Juliette Faure n’étaient pas de ce monde. Il n’en faut certainement pas davantage pour expliquer la longévité de l’ailière gauche au sein du club bisontin… De l’école de hand à la Coupe d’Europe, en passant par les -18 ou le Centre de Formation, c’est sous les couleurs rouges et noires que la numéro 17 des Engagées a tout vécu.

C’est sûrement ce qui explique la tristesse de tous ceux qui côtoient le club bisontin, lorsque son départ pour Toulon Saint Cyr, la saison prochaine, a été annoncé. Pour beaucoup d’entre nous, l’ESBF et Marine Dupuis ne peuvent pas être dissociés, et sont liés pour toujours. On réclamait alors déjà des au-revoirs exceptionnels, un “hall of fame” et le retrait du numéro 17. Autant de signes qui témoignent de l’attachement des supporters et du club bisontin à l’une de leurs joueuses.

Au fil de ces années, Marine Dupuis a su prendre du galon au sein du collectif des Engagées. En devenant l’un des éléments phares de cette équipe, elle a aussi su conquérir le coeur des supporters bisontins. Au-delà de ses qualités handballistiques qui n’étaient plus à prouver, c’est aussi par ses valeurs de combativité, de persévérance et pour son engagement sans faille pour le club qu’elle était tant aimée dans les travées du Palais des Sports.

Malgré son temps de jeu assez réduit cette saison, l’ailière gauche a su l’exploiter avec brio tout au long de la saison, et bon nombre de ses prestations resteront dans les mémoires bisontines. On pensera notamment à la rencontre face à Mérignac, au cours de laquelle Marine aura inscrit le joli nombre de… 13 buts sur 14 tentatives ! Ses performances lui permettent d’ailleurs de figurer à la sixième place du classement des buteuses, avec 96 buts inscrits en 19 matchs.

Mais le vrai domaine dans lequel la numéro 17 bisontine excelle est bel et bien le jet de 7 mètres, ou le “pénalty”. Imperturbable face à la gardienne adverse, capable d’y retourner après l’échec, Marine a écoeuré l’ensemble des équipes adverses lors de ces face à faces si compliqués. Qui pourrait oublier son sang froid, son calme et sa sérénité, lorsque face à Brest et Nantes, alors qu’il ne reste que quelques secondes au chronomètre, elle doit se présenter face à la gardienne adverse, et marquer ces pénalties qui offrent deux matchs nuls aux Engagées ? Il ne faudrait pas chercher à réduire la carrière de Marine Dupuis aux jets de 7M, ce serait une grossière erreur. Mais ce niveau dans cette épreuve participe à la grande complémentarité de Marine Dupuis, et à son très bon niveau de jeu.

Vous l’aurez compris, la capitaine bisontine possédait de nombreuses qualités qui servaient le collectif des Engagées. Tandis que sa vitesse apportait au jeu, sa motivation apportait au groupe. Alors que sa précision était utile sur le terrain, sa combativité aidait le collectif à se surpasser. Une joueuse complète, mais qui n’a jamais voulu prendre sur elle la lumière des projecteurs.

Avec ce départ, c’est l’une des deux symboliques enfants du club (avec Alizée Frécon) qui quitte ce qui était alors le seul club de sa carrière. La crise sanitaire n’aura pas laissé l’occasion au public bisontin, et à tous ceux qui font ce club, de rendre hommage à “sa” championne, et à la remercier pour ses 22 années de dévouement, de dépassement et d’engagement sous les couleurs rouges et noirs. À n’en pas douter, la fête sera belle lors de la réception de Toulon Saint Cyr dans le cadre du championnat de Ligue Butagaz Energie. En attendant, nous pourrons suivre Marine Dupuis dans son aventure sur les bords de mer dès la première journée, puisque son nouveau club recevra… l’ESBF pour la première journée !

Marine, les dirigeants, bénévoles et supporters te remercient du fond du coeur pour ces 22 saisons passées sous les couleurs de l’ESBF, te souhaitent une très belle aventure du côté du Toulon, et attendront de te revoir avec impatience ! MERCI MARINE ! ❤️