3 jours. C’est ce qui nous sépare du match face à Odense, en retour du troisième tour de qualification. Ce samedi, le Palais des Sports et les supporters de l’ESBF vivront peut-être un moment historique : malgré son histoire européenne, et le titre remporté en 2003, jamais les Bisontines n’ont éliminé un adversaire du calibre d’Odense, quart-de-finaliste de la Ligue des Champions la saison dernière.

Soyons clairs, le collectif d’Odense est taillé pour jouer bien plus que la Coupe EHF : avec 15 internationales dans l’équipe, dont le 7 majeur du Danemark, cette équipe a davantage sa place en Ligue des Champions, aux côtés de Brest ou du Metz Handball. Si l’on ajoute à cela le duo d’entraîneurs double champions olympiques, on retrouve une équipe disposée à jouer les sommets, et à s’assurer une qualification aisée en phase de poule.

Mais qui aurait osé les penser gagnantes, avant même de jouer le match aller ? Qui aurait osé sous-estimer la force collective, la puissance et la solidarité du groupe bisontin ? Certes, l’ESBF ne dispose pas des mêmes individualités. Mais cette équipe est un groupe solide, soudé, qui sait et qui aime jouer ensemble, prêt à défier vents et marées. Et elles nous l’ont montré avec merveille ce dimanche.

Pendant une très grande partie du match, les Bisontines auront répondu présente à 200% dans l’ensemble des secteurs de jeu : des arrêts de Sakura Hauge, des défenses efficaces, forçant les tirs ratés, et des offensives fructueuses. A l’arrivée, une très courte défaite, de deux petites longueurs…

Ce résultat ne veut dire qu’une chose : RIEN N’EST FAIT. 2 buts, autant vous dire que dans le handball, ce n’est rien, et qu’il ne faut qu’une poignée de secondes pour le rattraper. Et autant vous dire également que toutes les joueuses, tout le staff, tout un club, est prêt à se combat, ou du moins, termine de s’y préparer. Mais rien ne sera possible sans la huitième joueuse, sans le supplément d’âme, sans la ferveur d’une salle, sans vous…

Souvenons-nous, il y a quelques mois en arrière. L’ESBF reçoit Viborg en dernier match de Coupe d’Europe, et une victoire leur promet une place en quart de finale. Le public bisontin répond plus que présent, 3000 personnes se pressent pour encourager les Rouges, dans une ambiance dont tout le monde se souvient. L’objectif est simple : faire encore mieux ce samedi. Non pas en terme de nombre, ce serait difficile. Mais en terme d’ambiance, de soutien, et de ferveur.

Ce samedi, les portes ouvriront à 18 heures, et il ne faudra pas attendre plus tard pour nous rejoindre. D’une part, pour ne rien rater du spectacle, et ne pas être piégé par le monde qui viendra. Mais aussi, et surtout, pour soutenir, dès le début, les Bisontines. Pour leur donner, dès le début de l’échauffement, toute la force et le soutien que vous avez. Alors nous vous lançons le défi : remplir un maximum le Palais des Sports dès 19 heures, pour l’entrée en scène des Engagées.

Un seul mot d’ordre : tous au palais, et tous en rouge.